Achat ou location de voiture pour les médecins ?

Pour se rendre au cabinet médical ou assurer la visite des patients, la voiture est un investissement indispensable pour les médecins en libéral. Plusieurs solutions de financement méritent d’être comparées avec un comptable afin de choisir la plus avantageuse.

La location ou le crédit-bail ; de la tranquillité pour les médecins

Le leasing, également dénommé crédit-bail ou Location avec Option d’Achat, ne rend pas le médecin propriétaire de son véhicule : la voiture est louée entre 24 et 72 mois. Il est possible, au terme du contrat, de racheter le véhicule (qui sera alors mis à l’actif) au prix fixé au départ ou de souscrire une nouvelle LOA.  Sur le plan comptable, le praticien libéral déterminera s’il choisit l’option des Indemnités kilométriques ou des frais réels, après analyse des km effectués la 1ère année. Si des frais réels s’appliquent lors du leasing, le véhicule passera à l’actif.

La location de courte durée peut également intéresser les professionnels de santé, avec des contrats ponctuels ou qui s’enchaînent selon les besoins. Les frais réels s’appliquent avec ce type de location auto.

Chaque cas est à vérifier avec un comptable, mais il apparaît que les solutions de location automobile sont avantageuses pour les médecins libéraux effectuant moins de 17 000 km/an, dans une voiture de gamme moyenne ou familiale :

  • Les loyers sont déductibles en frais généraux, en tenant compte d’une quote-part pro/perso appliquée en comptabilité et selon un plafonnement fixé par l’administration ;
  • Le véhicule est neuf, il n’y a pas de souci pour l’entretien et les réparations ;
  • Un véhicule de remplacement est souvent fourni en cas de panne ;
  • Sauf exception, il n’y a pas de frais imprévus (bien vérifier tout de même le contrat signé surtout lors de la restitution du véhicule) ;
  • Le médecin peut renouveler son véhicule plus souvent, voire en changer avec la location (4 x 4 pour l’hiver, bien climatisé en été).

Les locations de voitures ont aussi des inconvénients :

  • Le choix de modèles est réduit ;
  • Les contrats doivent être étudiés avec attention quant aux durées d’engagements, aux kilométrages autorisés, aux assurances…

 

L’achat ; le choix des médecins – propriétaires

En achetant comptant ou à crédit la voiture sur laquelle vous mettez votre caducée, vous pouvez déduire les amortissements du véhicule, durant 5 ans pour un achat neuf. Comme pour les loyers du leasing, la part déductible est plafonnée : à 30 000 € TTC pour des véhicules « propres », 18 300 € TTC pour les véhicules émettant entre 60 et 155 gr de CO2/km ou 9900 € pour les véhicules qui rejettent plus de 200 gr de CO2/km.

Les motos sont aussi concernées par le système de plafond.

Après examen des frais de véhicule effectués à titre professionnel, vous pourrez opter pour la déduction des frais réels (dépenses entretien, carburant…) ou le régime des indemnités kilométriques. Après étude personnalisée, votre comptable pourra vous indiquer si, comme la plupart des médecins libéraux effectuant plus de 12 000 km/an, l’option des IK est plus avantageuse.

En achetant votre véhicule professionnel :

  • Vous êtes propriétaire et totalement libre de choisir votre modèle ;
  • Le coût final est souvent moins élevé qu’un leasing ;
  • Vous déterminez vos échéances de remboursement de crédit ;
  • Vous pouvez déduire les intérêts de l’emprunt, en prenant en compte la quote-part pro/perso ;
  • Vous n’avez pas de kilométrage limité ;
  • Vous pouvez bénéficier de la reprise de ce véhicule, dans le cadre d’une nouvelle acquisition.

Inconvénients :

  • La voiture du professionnel peut être saisie par les créanciers ;
  • Lors de la revente, la plus-value sera imposée.